Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

Le crédo des féministes se résumait souvent à un slogan simple : les hommes sont des loups et les femmes sont des lapins / les hommes sont des prédateurs et les femmes sont des proies. Mais une réalité de compensation est aussi que certaines femmes peuvent avoir envie d'être consommées, et quelques hommes peuvent aussi être ambivalents au sujet de l'attaque. De telles confusions parmi les personna et les motivations sexuelles inspirent les images de mode dans lesquelles les femmes sont stylisées et posent avec allure, mais aussi peu menaçantes que possible ... comme un lapin qui se rôtirait et se garnirait lui même, et qui ensuite grimperait dans la bouche d'un loup paresseux. Les ramifications de telles images sont la source de beaucoup de bourses d'études féministes, ainsi que l'art féministe.

 

Comme Catharine Mac Kinnon et Andrea Dworkin ont dit dans "Pornography and Civil rights", l'image du lapin Playboy fut un outil essentiel de l'assujetissement des femmes. "L'utilisation des femmes prises telles des objets dans Playboy fait partie de le façon dont Playboy contribue à créer le statut de seconde classe pour les femmes", les icônes féministes écrivent :" Les femmes dans playboy sont déshumanisées pour être utilisées comme des objets sexuels et poduits, leurs corps fétichisés et vendus". "Bunny" le terme est utilisé pour caractériser la femme comme inférieure à l'homme - petits animaux qui veulent du sexe tout le temps, animaux gardés dans des logettes."

 

Les huiles légères et translucides , telles des aquarelles, de l'artiste belge Nathalie Pirotte rcontenet une histoire différente.

Ses belles pin-ups exemplifient les images étranges et attirantes de la pornographie soft-core vintage et de  la photograhie de mode. Par fusion de corps de femmes habillées de lingerie transparente ou moulante, ou encore habillées "girly", images extraites des annonces, avec des têtes d'animaux.

Une artiste de la quarantaine, Pirotte a été témoin de la déconstruction et la reconfiguration de l'imagerie traditionnelle féminine et sexuelle dans les média de masse. Les filles d'aujourd'hui se sont appropriées l'insigne Bunny Playboy avec un léger investissement intellectuel ou encore un mince filet d'ironie.Tandis que les images des Playboy d'aujourd'hui ou autres magazines sof-core sont souvent saturées de pseudo timidité consciente et dissimulées dans des poses ironiques.

Les images ou les références que s'approprie Pirotte sont différentes.

Si il est réellement ancien ou tout simplement anachonique, le style, le look de son matériau de base vient droit d'une ère où les rôles sexuels étaient soigneusement prescrits. Pour faire cette remarque, Pirotte peint une fille dans une robe au joli bustier, robe rose sans bretelles et de très à la mode chaussures jaunes - les 2 clairement contemporaines - alors que le visage qui se détourne timidement loin du spectateur est celui d'une jument grise et douce.

 

En 2006, dans so tableau "Lionne", Pirotte implante une tête de chat sauvage sur le corps d'une luxuriante Pin-up de camionneur style Betty Page, au corset bavarois, tirant un ruban.

Alors que la bête sauvage semblerait être un trophée pour homme excité, ce chat sauvage ne serait sans doute pas à la hauteur contre un chasseur exprérimenté. Ainsi la superbe créature n'est pas une concurrente,mais un défi pour le spectateur masculin. Et les lapins que peint Pirotte ont de doux et jolis visags qui correspondent aux tenues de charmes soyeuses et aux corps agiles de ses modèles féminins.

 

Représentées avec une habilité technique exquise, ces créatures mythiques ne sont pas vraiment subjuguées. Considérez-les comme des animaux non menaçants avec des corps humains trés présents. Considéréez les comme des proches en beauté, comme des filles excitées jouant avec envie aux jeux d'adultes de chats et de souris.

 

Ana Finel Honigman, 11-01-2010

Critique et conservateur basée à Berlin

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by