Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
Revers de Vénus

Depuis 1997 Nathalie Pirotte travaile les coffrages de cires qu'elle coule sur un support bidimentionnel. 
Si l'artiste esquissait déjà sous la parrafine, les formes simplifiées de corps silencieux, à présent, les contours surgissent petit à petit de la matière pour en dégager le sujet.

Pour conférer un autre statut à ses images, elle puise son inspiration dans la presse féminine. Ces figures Nathalie Pirotte les emprunte à notre société. Femmes désincarnées, beautés lascives extraites de magazines, leurs éffigies sont soumises aux gestes riruels de la plasticienne, qui les masque de cire chaude.
L'artiste nous propose des figures plus ou moins lisibles atténuées par la présence en couches épaisses de paraffine.

Sous cette peau diaphane, c'est par un jeu de collages qu'elle construit ses modèles. les silouettes sont découpées, retournées, puis collées. Une fois traversée par des variations lumineuses. La substance translucide révèle les galbes sous-jacents. Les courbes féminines évoquent ainsi des revers de Vénus démembrées et inqiétantes soumises au regard du spectateur. Dés lors notre vision de ces déesses modernes se réduit à un amas de peau étouffé par leur propre condition charnelle.
Asphyxiées, les images habituellement criardes des publicités se dissolvent pour ne laisser que des formes et teintes dématérialisées. A travers l'enduit cireux, les courbes expressives déploient un sentiment nuancé de douceur sensuelle et de séduction provocatrice.

Entre visible et imperceptible, les silouettes paraissent dénuée de l'essence constitutive de l'être humain. 
Le travail de Nathalie Pirotte traite de l'incorporalité de l'âme en tant que substance spirituelle. Par sa translucidité et sa symbolique, la matière provoque une réflexion sur les différentes lectures de l'esprit.


Adèle Santocono (ISELP)

Partager cette page

Repost 0
Published by